Accouchement par césarienne : quelles conséquences pour l’enfant ?

Accouchement par césarienne : quelles conséquences pour l’enfant ?

Les effets de la césarienne pour la mère sont largement documentés. Ce qui l’est moins, ce sont ces conséquences pour l’enfant. Jusqu’à récemment, peu d’études se sont intéressées au sujet. Mais la donne est en train de changer. Aujourd’hui, plusieurs recherches font état de quelques risques suspectés pour la santé future de l’enfant. L’OMS, pour sa part, recommande un taux de césarienne inférieur à 20 %. Avec un accouchement par césarienne sur cinq, la France est bonne élève dans la catégorie. Cela dit, alors que dans la plupart des cas, cela répond à des indications précises, les césariennes dites « de confort » ou « à convenance » sont toujours pratiquées, bien que minoritaires. Alors, quels risques pour l’enfant ?

Accouchement par césarienne : les risques à la naissance

On pense que les bébés nés par césarienne présentent plus de risques de détresse respiratoire transitoire, un état qui nécessite une oxygénation rapide. Dans les faits, cette complication respiratoire, due au fait de devoir passer de la respiration intra-utérine à la respiration « à l’air libre », concerne près de 4 % des naissances par césarienne, contre seulement 0,5 % des naissances par voie basse. Un autre risque à citer est celui des éventuelles coupures du bébé à cause d’une incision trop profonde, qui concernerait près de 3 % (coupure légères), plus particulièrement les césariennes réalisées en urgence.

Les risques à plus long terme de l’accouchement par césarienne

Plusieurs études concordantes rapportent un lien entre césarienne et asthme, risque de rhinites allergiques et allergies alimentaires. L’explication est liée à la flore intestinale du bébé. En cas d’accouchement par césarienne, celle-ci manque de lactobacilles présents dans la flore vaginale de la mère. Par ailleurs, une étude menée par la Johns Hopkins University du Maryland aux Etats-Unis révèle un lien entre l’accouchement par césarienne et me risque d’obésité pour l’enfant. Les chercheurs responsables de l’étude avancent le chiffre de 40 % de risques en plus d’être en surpoids durant l’enfance.

Zoom sur le rôle des bactéries présentes dans le vagin

Le microbiote intestinal, ou flore intestinale, désigne les bactéries que l’on trouve dans le tube digestif, présentes à la naissance. Le microbiote, qui évolue tout au long de la vie de l’individu, joue un rôle essentiel pour la santé. Nous vous le disions, l’accouchement par césarienne prive le bébé des lactobacilles présents dans la flore vaginale de la maman. En revanche, lors d’un accouchement par voie basse, l’enfant « s’approvisionne », ce qui renforce son immunité sur le long terme.

Concrètement, les bébés nés par césarienne ont un microbiote intestinal moins riche en bonnes bactéries, ce qui impacte la robustesse de leur système immunitaire, le rendant sujet à certaines maladies respiratoires, voire digestives.

Faut-il éviter les césariennes de confort ?

Les césariennes dites de confort, c’est-à-dire sans indications thérapeutiques particulières, sont en effet à éviter dans la mesure du possible. Mais il ne s’agit pas pour autant de paniquer. La bonne nouvelle est que les effets de la césarienne sur le bébé peuvent être atténués. Aussi, cette méthode d’accouchement n’est pas le responsable exclusif du surpoids, ou des allergies alimentaires. Les facteurs héréditaires ont aussi leur rôle à jouer. De plus, la flore intestinale, évoluant tout au long de la vie de la personne, peut se régulariser. Ne vous alarmez donc pas si vous devez accoucher par césarienne. Pour vous rassurer davantage, sachez qu’il a été démontré que l’allaitement sur quelques mois apporte une protection immunitaire à l’enfant, souvent suffisante pour « rectifier le tir ».

Se remettre après une césarienne

Cicatrice douloureuse, souvent accompagnée d’un sentiment d’échec… la césarienne n’est pas facile pour les mamans. Heureusement, il existe quelques techniques et méthodes simples pour récupérer après l’accouchement. Signalons tout d’abord que vous devrez prévoir un repos d’au moins 4 jours après la naissance pour éviter la phlébite. Laissez donc le soin au papa ou à l’un de vos proches d’aller déclarer la naissance et de s’occuper de la paperasse (plus d’infos sur l’acte de naissance à l’adresse https://www.mon-acte-de-naissance.fr).

Pour récupérer au plus vite après une césarienne, le secret réside dans l’alimentation. Votre organisme, subissant 9 mois de grossesse, couronnés par une intervention chirurgicale, a besoin de nutriments sains et riches en protéines. Adoptez donc un régime riche en sucres lents, fruits et légumes frais, et hydratez-vous fréquemment.