Les trois impacts du deuil sur la santé

Les trois impacts du deuil sur la santé

Chaque année, plus de trois millions de Français doivent composer avec la mort d’un membre de la famille, d’un conjoint ou d’un ami proche. S’ensuit alors une course contre la montre pour effectuer les différentes formalités administratives, pour contacter les proches et les pompes funèbres, pour préparer ses cartes de remerciement (remerciementdeces.fr vous facilite la tâche pour vous concentrer sur l’essentiel)… Faire à face au décès d’un être cher est sans doute l’épreuve la plus douloureuse de la vie, et pas seulement sur le plan émotionnel. En effet, il n’est pas rare que le deuil se matérialise par la détérioration de l’état de santé général, avec des tourbillons émotionnels mais aussi des maladies organiques. Pour pouvoir agir à temps, nous vous proposons de passer en revue trois répercussions possibles du deuil sur votre santé.

L’affaiblissement du système immunitaire

Votre système immunitaire protège votre organisme contre les corps étrangers qui peuvent en altérer l’intégrité. L’expérience du deuil induit une réaction émotionnelle si intense qu’elle en bouleverse le système immunitaire, notamment chez les personnes fragiles comme les enfants, les séniors et les personnes aux prises avec une maladie auto-immune. Une étude a démontré que les personnes âgées qui ont perdu un être cher étaient plus exposées aux infections virales et bactériologiques que les autres. Concrètement, un système immunitaire affaibli vous exposera davantage aux intoxications alimentaires, aux grippes, au rhume, aux infections en tout genre mais aussi aux problèmes dentaires. Une autre étude qui a porté sur 249 Américains ayant perdu un enfant a démontré que ces derniers avaient déclaré plus de 400 maladies aiguës au cours de la première année suivant le décès. Il s’agissait notamment de rhume, de grippe, de maux de tête récurrents, d’anxiété, d’infestions, de dépression, d’angines et de douleurs thoraciques sévères.

Le « Syndrome du cœur brisé »

Une autre étude a démontré que le risque de subir une crise cardiaque était 21 fois plus élevé au cours des 24 premières heures suivant le décès d’un être cher. Après une semaine, le risque était encore presque 6 fois plus élevé. L’impact peut être plus important chez les personnes présentant un risque cardiovasculaire élevé. Les événements les plus stressants de la vie comme le décès d’un être cher ou le divorce peuvent également mener à un trouble médical appelé « Syndrome du cœur brisé ». Il s’agit d’une affection cardiaque à court terme dans laquelle le cœur ne pompe pas assez de sang. Ce syndrome peut affecter des personnes qui n’ont aucun problème cardiaque particulier. On estime que l’augmentation fulgurante des hormones du stress (comme l’adrénaline) altère temporairement le fonctionnement du cœur, provoquant divers symptômes comme des douleurs thoraciques soudaines et intenses, des vertiges et des maux de tête. La douleur peut être si intense qu’elle est souvent confondue avec une crise cardiaque. Le « Syndrome du cœur brisé » peut causer une insuffisance cardiaque à court terme, même si pronostic est généralement favorable à une guérison rapide. Il est donc impératif de prendre très au sérieux la détérioration de l’état de santé d’une personne vivant un deuil récent, à fortiori si elle souffre déjà d’une maladie cardiaque (mais pas seulement).

Le bouleversement du cycle du sommeil

Il est particulièrement difficile de trouver le sommeil pendant le deuil… et il est encore plus compliqué de se réveiller après avoir enfin pu dormir quelques heures. Lorsque les lumières s’éteignent, le cerveau de la personne endeuillée brasse des regrets, des inquiétudes, une anxiété et une tristesse intense en lien avec le rapport que l’individu entretenait avec le défunt. La tristesse causée par la perte d’un être cher peut se transformer en anxiété, en dépression ou en syndrome de stress post-traumatique (SSPT). Le quart des personnes qui ont perdu un conjoint développent une dépression ou une anxiété clinique au cours de la première année de veuvage. Cette expérience traumatisante bouleverse le cycle du sommeil, avec une succession d’épisodes d’insomnie et d’hypersomnie qui altèrent la qualité de vie au quotidien. Pour y remédier, on conseille généralement aux personnes endeuillées de se dépenser par le sport et de prendre une cure de magnésium. Votre médecin vous conseillera sur la meilleure façon de retrouver un sommeil normal ou, du moins, suffisamment réparateur pour ne pas impacter votre quotidien.